My Friend Octo

Dimanche 01 novembre 2015, 2h du matin. Nous sortons de la Féérie Dansante des Sirènes, une soirée commémorative organisée à l’occasion des 30 ans de la sortie du film Retour vers le Futur. L’événement n’a pas tenu toutes ses promesses, mais nous avons essayé d’en profiter au maximum et les pas de danse ont été endiablés. Les derniers participants se mettent à présent en route, la salle est presque vide. C’est le moment que nous choisissons pour rassembler nos affaires et rentrer. En partant, nous apercevons quelques ballons à hélium qui ont échappé par magie à la convoitise des autres convives et, afin que ceux-ci ne soient jetés négligemment avec le reste de la déco, nous décidons d’en sauver deux : un malheureux hippocampe dénommé Hippo et son vieil ami le poulpe dénommé Octo. Nous faisons connaissance sur le chemin du retour (l’alcool aide à nouer facilement des amitiés, même avec des ballons à hélium), puis montrons à nos hôtes leur nouvelle demeure, et allons enfin nous coucher, l’esprit léger.

Un demi tour d’horloge plus tard, la légèreté nous a définitivement abandonné. Volets ouverts, le temps est à l’image de notre esprit : brumeux. Nous retrouvons nos deux amis au plafond du salon, empêtrés dans une discussion sans fin sur la nécessité ou non de donner le droit de vote aux bulots. Bref, eux n’ont toujours pas dessaoulé… La journée avançant, une envie folle de sortir l’appareil photo se fait sentir ; il serait tout de même dommage de ne pas profiter de cette météo pour réaliser un ou deux clichés embrumés, cela n’arrive pas tous les jours, et encore moins les jours de week-end (oui, car le tout puissant aime à produire du brouillard le matin des jours de semaine, dans le seul et unique but de bloquer les mortels sur la route du boulot, ahah le coquin).

Nous partons donc en balade avec Octo, qui montre un entrain tout particulier à cette sortie dominicale, contrairement à Hippo qui me semble après réflexion bien casanier. Pour une fois, j’ai en tête une image bien précise. Choisissant une forêt à proximité, après un petit quart d’heure à sillonner les chemins en voiture, je repère un endroit qui correspond parfaitement à ce que je souhaite.

Je positionne Virg au milieu du chemin, pieds nus, me tournant le dos, Octo dans une main. La brise est très légère mais il n’en faut pas plus pour qu’Octo s’anime de mouvements non désirés. Après plusieurs essais et une vingtaine de shoots plus tard, le cliché est dans la boite !

MyFriendOcto-1

La photo est légèrement déséquilibrée sur la droite, je m’avance un peu et reshoote la route sans mon modèle afin d’avoir à disposition un élément de montage supplémentaire :

MyFriendOcto-2

Les feuilles sur la route n’étant pas à mon goût (je souhaite quelque chose d’un peu plus bucolique), nous partons à la recherche d’un autre chemin parsemé de feuilles. Nous le trouverons dans un chemin privé :

MyFriendOcto-3

Le montage n’est pas extrêmement compliqué. Nous allons tout d’abord assembler les deux premières photos sous Photoshop en remplaçant les arbres de chaque côté (utilisez le slider pour basculer d’une image à une autre) :

La seconde partie est un peu plus délicate. Il s’agit ici de remplacer la route par le chemin rempli de feuilles. Il est nécessaire de détourer les pieds et les mollets de mon modèle, puis de rajouter une ombre au sol simulant la présence du modèle et de sa robe sur les feuilles :

Il reste alors à basculer sous Lightroom pour appliquer un développement adéquat dans l’esprit d’un conte :

Le résultat final est visible ici en haute résolution :

My Friend Octo



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *