Étangs de Lachaussée

Les étangs de Lachaussée sont une réserve naturelle régionale située en Meuse, non loin de Chambley. Près de 200 espèces d’oiseaux y ont élu refuge ainsi que de nombreuses espèces d’amphibiens, de libellules, de papillons et de chauves-souris.

L’origine du Domaine remonte au 19ème siècle, quand les moines de l’abbaye cistercienne, se situant à Saint-Benoît-en-Woëvre, transformèrent les marais de Lachaussée en étang, dans le but d’avoir une réserve de poissons. Aujourd’hui, c’est devenu une exploitation piscicole de 360 hectares. 3 chemins de randonnées sont balisés autour du lac : un petit tour de 6km, un second de 12km et un dernier de 15km.

La première carte que nous trouvons sur Internet est celle de l’office du tourisme de Meuse. Elle décrit le tour de 12km :

Carte Etangs de Lachaussée

Le site annonce 3h de marche, ce qui nous donne en mode photographe un trajet plus proche de 4h. Nous garons la voiture près de l’église, il est 12h30 et nous décidons de pique-niquer sur place, assis sur deux grosses pierres à l’abri du soleil. Le village est calme, la température clémente, le vent absent, les conditions sont idéales !

Repas englouti, nous nous mettons en route en suivant les indications de la carte. Nous passons par le domaine du Vieux Moulin qui offre une belle vue dégagée sur les étangs, puis nous longeons les berges via les élevages de volailles (poulet, pintades, canards et oies), ce qui nous donne l’occasion de nous faire observer par des centaines de paires d’yeux hagards.

Etangs de Lachaussée

Etangs de Lachaussée

Au bout de cette allée nous nous retrouvons bloqués par un portail. Tiens donc… Relecture de cartes, recherche d’un chemin alternatif, demandes google, en vain. Non, c’est bien par ce portail que la carte nous demande de passer ! Que fait-on ? On passe par dessus ? Le portail ne présente pas beaucoup de prises, et il y a toujours le risque de se prendre une soufflante par le propriétaire des lieux, sans compter qu’avec 5 kg de matos photo dans le sac à dos, je ne suis jamais à l’abri d’une catastrophe. Bref, demi tour !

Renseignement pris au Vieux Moulin, le portail n’ouvre qu’à 14h ! C’aurait été une bonne idée de le préciser sur la carte… On rejoint la départementale par Lachaussée, pas loin d’une heure de perdue, heureusement qu’on a toute l’après-midi devant nous.

Etangs de Lachaussée

Etangs de Lachaussée

Les premiers kilomètres s’effectuent sur un petit chemin longeant une grande ligne droite de la D131. Rien d’exceptionnel, mais l’absence de voitures contribue à conserver le caractère bucolique de la balade. La première étape du parcours est un observatoire ornithologique construit aux abords de l’étang (repère C). La construction est nouvelle et complètement adaptée à l’observation et la photographie des oiseaux. Malheureusement la lumière de milieu d’après midi n’est pas idéale et à cette heure, seuls 2 cygnes daignent pointer le bout de leur nez.Les rainettes vertes sont quant à elles bien moins discrètes que les oiseaux et leurs chants nous surprennent par leur puissance. On imagine sans mal assister à un lever de soleil à cet endroit, avec une petite brume matinale, cela doit être magique !

Nous passons ensuite à travers champs. À cet endroit la vue de l’étang est bloquée par d’immenses haies qui sont une protection naturelle pour la faune. Nous poursuivons et traversons un pont de bois (repère 3) qui offre un beau panorama sur un bras d’étang, sans doute le plus beau point de vue de la balade.

Etangs de Lachaussée

Etangs de Lachaussée

La suite s’effectue à travers bois sur de larges chemins forestiers, sans grand intérêt. Le balisage est rudimentaire et nous nous engageons à deux reprises sur un mauvais chemin, mais heureusement le GPS est là pour nous remettre sur les rails. Les derniers kilomètres réservent par contre leur lot de surprises. Au repère 6 se trouve un impressionnant chêne bicentenaire, peu feuillu (comprendre presque mort), posé au milieu d’une clairière et lui conférant un caractère très Tim Burtonien. Quelques mètres plus loin, la balade se transforme soudainement en parcours du combattant à travers marécages. Les moines n’ayant pas totalement fini le boulot, de larges pans du chemin traversent encore des sols détrempés d’où des centaines de batraciens affolés fuient à chacun de nos pas. Nous devons parfois tester plusieurs solutions avant de pouvoir traverser ces parties très boueuses et les chaussures ne seront pas épargnées. Sans compter les moustiques qui adorent cet environnement humide à cette période de l’année… C’est presque fini, on voit le clocher de Lachaussée…

Et soudain, à 2 mètres de nous, une masse sombre qui se dorait la pilule au milieu du chemin se met brusquement en mouvement et s’enfuit dans le talus. Un serpent ! Mais pas un petit orvet tout mignon… non, non : un corps large de 4 ou 5 centimètres et long d’environ 1,5 m ! Pas le temps de prendre une seule photo, le cœur a loupé quelques battements. Mais ça vit en Lorraine ça ?! 37 ans dans la région, je n’ai jamais croisé un spécimen aussi grand… Nous apprendrons plus tard qu’il s’agissait sans doute d’une couleuvre à collier, une espèce totalement inoffensive, commune mais plutôt discrète, et qui peut atteindre jusqu’à 2 m pour les femelles les plus grandes. J’avais déjà vu des couleuvres, mais jamais plus grandes qu’une trentaine de centimètres. Impressionnant…

Nous finissons cette petite randonnée avec un sentiment plutôt mitigé. L’étang n’est pas énormément visible et l’intérêt photographique est plutôt limité. L’observatoire ornithologique est un endroit charmant mais il est accessible directement en voiture le long de la D131. Les parties marécageuses gâchent le tout : elles sont trop nombreuses et totalement impraticables en famille. D’ailleurs nous n’avons croisé que 3 couples pendant nos 4h de marche, ce qui est plutôt révélateur. J’y reviendrai peut-être avec beaucoup de motivation pour assister à un lever ou coucher de soleil si les conditions s’y prêtent, mais plus en balade.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *